les indiens

Auteur  
# 07/03/2008 à 19:33 bullit
LES INDIENS ( dédicace promise a "lesioux"
Les indiens , les sauvages guerriers d'une autre civilisation , la peau rouge et les peintures,bleues, noires , jaunes , vertes, leurs visages burinés, des hommes parmi les hommes.
je ne sais pas trop d'ou ils viennent , sans doute étaient ils déja la , la, sur leurs grandes plaines de solitude .
leurs plaines , leurs terres , la nature leur avait donné le droit d'y exister , d'y survivre, d'y enfanter, d'y aimer et d'y mourrir.
la , sur ces grands espaces brulés par le soleil , des nuits dans les tipis apres un dur labeur et le sommeil dérangé par la terre qui fume et qui tremble comme sous un cataclysme qui s'avance, cette nuée noire qui s'élance, les naseaux fumants, les bisons , les bisons qui migrent pour s'en aller vers des terres plus fertiles , le bison !!!!! pourrait on dissocierl'histoire des indiens et celle des bisons?
l'équilibre entre entre un homme qui a faim et une bete qui l'aide a survivre.
lune blafarde sur cette immensité, eternel recommencement dans la recherche de l'eau , de la vie .
qu'ils soient arapahos,blackfeet,cheyennes,crows, pawnees,sioux ou apaches, qu'ils soient du dakota,de l'utah,du wyaoming ou encore de l'arizona, cavaliers de l'orage ou époux bienveillants , chefs de tribus ou guerriers vivant au rythme du soleil et de la nuit , peres transmettant les traditions ancestrales a leurs enfants , interminable conjugaison entre la pensée et l'esprit, le bon jour pour naitre et le bon jour pour mourrir, des feux , des chants et des danses , heureux simplement d'exister .
et puis des cavaliers , tout de bleu vetus sont arrivé , annonçant des des lendemains de moindre bonheur, des clairons sonnant la charge , venant obliger a semer la mort , des torses nus contre des sabres , des fusils et des canons ayant mandat d'étouffer dans l'oeuf tout le fleuron de cette civilisation .
alors , ils ont du s'incliner, ils ont du se preparer a un exode des plus terrifiants , transportant les villages, les vieilles femmes , les enfants derriere les charrues , la famine qui décime , marche éternelle vers un eden qui n'existe deja plus , le soleil qui brule et les nuits sous la neige , la terre des ancetres , ils ne l'atteindront jamais parce qu'elle n'existe deja plus , obligés de se soumettre, obligés de baisser la tete , des hotels luxueux sont prevus pour eux , des residences qu'on appele des reserves.
la ils serviront de figurines pour photos pour des touristes en goguette, mais parmi les plus vieux , une lueur brille toujours dans leur regard , si d'autres ne savent pas pourquoi , moi je crois savoir , ils se souviennent encore d'un fameux jour , le jour de leur gloire , c'était le 25 juin 1876, le jour ou ils ont lavé tous ces crachats d'infamie, ça se passait sur les berges d'une petite riviere du montana , nommée "little big horn"

JPC(BULLIT)

# 17/03/2008 à 11:47 nat
merci bullit de partager tes écrits
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site