Des chamans indiens au chevet de la Terre malade

L’HISTOIRE


Des chamans indiens au chevet de la Terre malade
Trois cents Indiens, représentant soixante et onze ethnies des États-Unis, du Canada et du Mexique, participent jusqu’à demain à un rassemblement à Palenque, cité maya du Chiapas, dans l’est du Mexique. Ils y invoquent notamment leurs divinités pour guérir la Terre, malade des maltraitan- ces infligées par l’homme depuis des siècles.

Cinq chamans mayas vêtus de longues tuniques blanches y ont dirigé devant la pyramide de Pakal, joyau du site archéologique de Palenque, la « cérémonie du soleil levant », qui marque le début d’un nouveau cycle agricole.
Alors que le soleil se levait, au son d’un tambour et du caracol (escargot de mer utilisé comme trompette), les chamans ont prié pour une bonne récolte et l’abondance d’eau en s’orientant vers les quatre points cardinaux devant un squelette de verre, représentant un dieu maya, entouré de récipients dans lesquels brûlait de la résine de copal.
« Nous sommes préoccupés, car la Terre mère est malade, et parfois la maladie est incurable », a justifié le chaman Kuyum Garcia, qui n’avait jamais pu assister à un rituel religieux à Palenque car les autorités mexicaines interdisent les cérémonies traditionnelles dans les sites préhispaniques réservés au tourisme.
La « Rencontre des peuples indiens pour guérir la Terre mère », initiative du gouvernement mexicain, veut remettre au goût du jour les traditions ancestrales indiennes en matière d’environnement, oubliées depuis des siècles, pour les intégrer aux politiques actuelles. Mais les Indiens ont souvent oublié « leur manière secrète de vivre en harmonie avec la terre » et doivent aujourd’hui faire un travail de récupération de ces croyances et coutumes.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site